revu le 11-02-2016


Contrer l'inattention des personnes interrogées


Pour retenir l'attention des internautes en train de répondre à votre sondage, pas de solution miracle. Mais en travaillant tant sur le fond que sur la forme du questionnaire, vous pouvez limiter le phénomène de lassitude qui conduit les répondants à répondre mécaniquement, voire à cesser de répondre.


A l'époque du numérique, nous sommes tous devenus un peu « zappeurs ». Pourquoi cette remarque ? Tout simplement pour vous dire qu'il est difficile de retenir l'attention des internautes, et c'est vrai aussi lorsqu’ils sont en train de remplir votre questionnaire.

Que se passe-t-il quand la personne interrogée devient inattentive, soit par lassitude soit par manque de motivation ? Et bien les réponses collectées ont tendance à être imprécises ou superficielles, l'internaute coche machinalement sans lire en détail, voire il peut sauter des questions qui demandent un effort particulier (une question ouverte par exemple). Dans le pire des cas, il abandonne...

On utilise un anglicisme pour décrire ce phénomène : c'est le click through. Et c'est évidemment à éviter !

Pour cela, il faut d'abord s'interroger sur la longueur du questionnaire en fonction de la cible et du sujet. Trop long, vous obtiendrez l'effet inverse à celui souhaité : les données n'auront pas la qualité attendue (réponses incomplètes ou imprécises).

Il est difficile de fixer LA durée optimale d'une enquête tant les situations peuvent être diverses, toutefois vous trouverez des conseils dans notre article dédié à ce sujet.

C'est pourquoi il est toujours recommandé de tester le questionnaire avant de lancer l'enquête. Si vos testeurs vous disent que ça leur a paru vraiment long, n'hésitez pas à couper !

On peut par ailleurs éviter la lassitude des répondants par une bonne structuration du questionnaire (structure en entonnoir, décomposition en thématiques) et surtout par son optimisation :

  • les filtres permettent de ne poser à un répondant que les questions qui le concernent,

  • la reprise dynamique de réponses précédentes personnalise et fluidifie le questionnaire.

L'alternance des types de question (courtes/longues, faciles/compliquées, ouvertes/fermées) et la variété des formulations sont deux autres techniques à votre disposition pour contrer ce que les spécialistes appellent un effet de halo.

Celui-ci se produit quand on pose une série de questions répétitives dans leur forme pour examiner les différents aspects ou caractéristiques d'un produit, d'un service ou d'un phénomène : certains individus cessent d'être attentifs et reproduisent les mêmes réponses de question en question.

Une astuce consiste à utiliser alternativement des questions à formulation positive et d'autres à formulation négative, pour empêcher le répondant de sélectionner mécaniquement ses réponses.

Par exemple :
Indiquez votre position par rapport à chacune des propositions suivantes :
- les produits de la marque X sont innovants
- les produits de la marque X sont fragiles
- les produits de la marque X ont un bon rapport qualité/prix
- etc.

Toujours dans le même ordre d'idée, ne pas multiplier les questions en cherchant à établir des distinctions extrêmement fines que les personnes interrogées ne seront pas en mesure d'apprécier ou de mesurer (faute de connaissances ou d'informations suffisantes).

Ne sur-estimez pas les répondants, ils ne sont pas forcément des spécialistes dans votre domaine... et, comme la plus belle fille du monde, ne peuvent donner que ce qu'ils ont !

Livre blanc

Une fois par mois, en vous inscrivant à la newsletter de questionnaire-pro, vous êtes informés, en avant-première !

  • conseils méthodologiques actualisés
  • nouvelles ressources disponibles sur le site (articles, vidéos, livres blancs...)
  • dernières évolutions apportées à la solution questionnaire-pro

Livre blanc

Déjà plus de 600 lecteurs depuis sa parution!

haut