revu le 13-04-2016


Ne pas induire les réponses


Induire les réponses, c'est influencer les répondants par les termes utilisés dans le libellé des questions ou les réponses proposées. Pour obtenir des données fiables, un maître mot : la neutralité !


Les réponses sont considérées comme induites lorsqu'elles sont influencées par les termes utilisés dans le libellé des questions, sous-questions ou les réponses proposées. Il est très difficile d'être absolument neutre quand on rédige une question mais il faut veiller à influencer le moins possible les répondants.

Citons cet exemple fameux abondamment repris dans la littérature spécialisée : Diriez-vous, comme le commandant Cousteau, que la nature est le bien commun le plus précieux ? Oui/Non. Que vaut le taux de réponse Oui à cette question ?

Que vous rédigiez un questionnaire pour la première fois ou que vous soyez chevronné, restez vigilant sur les points suivants :

  • Choisissez des mots introductifs qui invitent les personnes interrogées à exprimer leur position librement, sans qu'elles cherchent à savoir si cela constitue une « bonne réponse ».
    Exemple : Pensez-vous que... ou Estimez-vous que...

  • Optez le plus possible pour l'affichage aléatoire des réponses car l'ordre de présentation des réponses peut avoir une influence sur le choix du répondant. Dans les questionnaires en ligne, on observe généralement que les premières modalités sont plus souvent choisies, l'internaute a tendance à aller au plus vite. Sa lecture s'arrête dès qu'une modalité lui parait satisfaisante.

  • Alternez les propositions positives et négatives pour donner une plus grande liberté de parole aux personnes interrogées et montrer que tous les jugements sont permis.
    Par exemple, si vous interrogez des visiteurs de votre site web, équilibrez les propositions positives : La navigation est simple et intuitive, Les rubriques sont faciles à trouver et les propositions négatives : Les textes sont illisibles à cause des couleurs utilisées, Les informations ne sont pas suffisamment à jour.

  • Quand vous présentez une opinion et son inverse, il faut que les arguments soient également équilibrés.
    Exemple de question tendancieuse : Les commerces doivent-ils être ouverts le dimanche ? Oui ce serait une bonne chose/Non tout le monde a le droit de se reposer ce jour-là.
    La deuxième modalité est la seule qui soit véritablement argumentée.

  • Proposez un large éventail de réponses pour ne pas contraindre le répondant à un choix par défaut (surtout pour une question à réponse obligatoire). Si vous n'êtes pas certain de l'exhaustivité de votre liste, prévoyez l'option Autre, à préciser et/ou l'option Ne sait pas.

  • Instaurez dans les échelles un équilibre entre les modalités de réponse positives et négatives, en utilisant une graduation identique. Reportez-vous aux listes prédéfinies de questionnaire-pro (elles sont rédigées par des professionnels).

  • Et toujours dans les échelles, proposez éventuellement une modalité neutre lorsque cette position centriste correspond à une opinion véritable. Ceci pour éviter d'induire une réponse soit favorable soit défavorable.



Livre blanc

Une fois par mois, en vous inscrivant à la newsletter de questionnaire-pro, vous êtes informés, en avant-première !

  • conseils méthodologiques actualisés
  • nouvelles ressources disponibles sur le site (articles, vidéos, livres blancs...)
  • dernières évolutions apportées à la solution questionnaire-pro

Livre blanc

Déjà plus de 600 lecteurs depuis sa parution!

haut